Archives du blogue

ÉGOÏSME-ÉGOCENTRISME

L’ÉGOÏSME-L’ÉGOCENTRISME !

Voilà, nous le croyons, la racine de nos problèmes. Poussés par une centaine de sortes de craintes, de peurs, par les illusions personnelles, par l’égoïsme, et par l’apitoiement sur notre propre sort, nous écrasons les pieds de nos compagnons et ils nous rendent la pareille.

L’égoïsme-L'égocentrisme !

Surtout débarrassons nous de cet égoïsme. Nous devrions le faire ou l’égoïsme nous détruit.

L’ÉGOÏSME-L’ÉGOCENTRISME !

Nous écrasons les pieds de nos compagnons et ils nous rendent la pareille. Parfois ils nous blessent, apparemment sans provocation, mais nous nous rappelons invariablement qu’à un certain temps dans le passé, nous avons pris des décisions à base d’égoïsme qui nous ont placés plus tard dans une position ou nous pouvions à notre tour être blessés. Ainsi nos problèmes, nous en sommes certains, viennent avant tout de nous-mêmes. Ils surgissent de nous-mêmes, et l’être humain est un exemple extrême de la volonté personnelle déchaînée, même lorsque celui-ci pense le contraire. Surtout débarrassons nous de cet égoïsme. Nous devrions le faire ou l’égoïsme nous détruit. Abandonnons, lâcher prise, cessons de jouer au metteur en scène de la pièce qu’est notre vie, de croire que nous devons ou pouvons contrôler celle-ci. Nous devrions nous unir avec attention et compréhension sur notre bien-être commun et en faire notre objectif premier.

La Peur

Nous savons qu’il est impossible d’être confiant et de vivre l’amour véritable là ou règne la méfiance. La confiance requiert-elle que nous soyons aveugles sur les motifs des autres, ou même sur les nôtres ? Non du tout ! Ce serait de la folie. Chez toute personne digne de notre confiance, nous devrions très certainement évaluer son aptitude autant à faire le mal qu’à faire le bien.

LE CULTE DES FAUSSES VALEURS

L’orgueil est la source principale de la plupart des difficultés humaines, le principal obstacle au vrai progrès. L’orgueil , cette vanité nous leurre et nous amène à exiger de nous-mêmes et des autres des choses qui ne peuvent être obtenues sans pervertir ou sans gaspiller les instincts qui nous ont été donnés par l’Esprit Divin. Quand la satisfaction de nos instincts sexuels, de nos préoccupations sociales, et de notre soif de sécurité matérielle devient le premier but de notre existence, alors l’orgueil intervient pour justifier nos excès. Nous ne pouvons atteindre  »l’humilité pour aujourd’hui » que dans la mesure ou nous réussissons à éviter, d’une part, le bas marécage des sentiments de culpabilité ou de révolte, et d’autre part, cette haute-terre, belle mais décevante, parsemée des fausses pièces d’or de l’orgueil. C’est dans la voie située entre ces deux extrêmes que nous réussissons à atteindre la voie de l’humilité et à y demeurer. Alors, un inventaire perpétuel, capable de m’avertir, dès que je m’éloigne de cette voie, demeure sans cesse une priorité. Ce culte est la voie de la Peur, il faut que j’assure mais en fait, ce n’est qu’une illusion, seule la confiance en soi est essentielle.

La Confiance

Chez toute personne digne de notre confiance, nous devrions très certainement évaluer son aptitude autant à faire le mal qu’à faire le bien. Cet examen discret peut nous révéler le degré de confiance que nous devrions accorder suivant les situations.

LA CONFIANCE

Nous savons qu’il est impossible d’être confiant et de vivre l’amour véritable là ou règne la méfiance. La confiance requit elle que nous soyons aveugles sur les motifs des autres, ou même sur les nôtres ? Non du tout ! Ce serait de la folie. Chez toute personne digne de notre confiance, nous devrions très certainement évaluer son aptitude autant à faire le mal qu’à faire le bien. Cet examen discret peut nous révéler le degré de confiance que nous devrions accorder suivant les situations. Toutefois, cette appréciation doit être entreprise dans un esprit de compréhension et d’amour. Rien peut autant biaiser notre jugement que les émotions négatives comme le soupçon, la jalousie ou la rancune. Dès que nous avons placé notre confiance en quelqu’un, nous devrions l’assurer de notre support total. Alors, plus souvent qu’autrement, il réagira de façon magnifique, bien au-delà de ce que nous imaginions, au départ.

VRAIE ET FAUSSE LIBERTÉ

LA LIBERTÉ DES UNS S’ARRÊTE LÀ OU CELLE DES AUTRES COMMENCE.

Vraie et fausse valeur

Chacun a sa propre impression de la réalité et toutes les impressions sont discutables. Nul ne détient la vérité. En tout cas  »la vérité » est un processus dynamique, comme un film qui ne finit pas encore ; elle n’est pas une photographie du monde. Toute description est limitée et partielle.

LA LIGNE DU TEMPS

Ligne du temps

Chacun à une ligne du temps qui lui est aussi personnelle que ses métaprogrammes et ses sous-modalités.

LA LIGNE DU TEMPS

Un très grand nombre de personnes ont des désirs d’adolescents, en recherchant une approbation entière,la sécurité et l’amour parfait de tous ceux qui les entourent.
Si ces dispositions sont légitimes quand on a dix-sept ans, elles peuvent rendre la vie impossible quand on a quarante ou cinquante ans.
Plusieurs d’entre nous on rencontré de grandes difficultés dans ce domaine …

SAVOIR-ÊTRE

Savoir Être

Pour Accomplir beaucoup, Soyons beaucoup.

LA CONSCIENCE
Le problème n’est pas le problème, mais la façon avec laquelle nous sommes en rapport avec lui !
Comment devenir alors des protagonistes et créateurs ?
Comment cesser de s’identifier avec tout ce qui est en dehors de nous et auquel nous sommes sans vraiment aucune appartenance ?
Avec un voyage guidé par notre propre moi intérieur; prendre l’avantage efficace et maximale de la potentialité des capacités que nous possédons; vivre avec joie, créativité, expérience, savoir et connaissance.
Être conscient que nos 5 sens sont un stimulus informatif, qui influence notre comportement en relation d’un procès interne communicatif, représentant nos valeurs, croyances et

convictions.

L’homme est une antenne qui capture et transmet : Capture ce qu’il Veut et Transmet ce qu’il Est.

L’essence de l’homme est dans ce qu’il pense !!!
Il y a seulement une partie de l’Univers que nous pouvons être sûr d’améliorer et cette partie est Nous !!!
Il est vraiment peu important ou nous commençons, ce qui est important est ou nous voulons arriver. Le seul obstacle pour accomplir ces objectifs est donné par l’idée d’être incapable de pouvoir y arriver… Notre esprit est un aimant.
Concentrons-nous sur ce que nous voulons et nous l’obtiendrons !!!
Nous sommes plus grands de ce que nous pensons que nous sommes !!!
(Milton H Erickson)

 – avec Milton H Erickson « Psycho ».

LA CONFIANCE EN L’AUTRE

Confiance caractéristique

LA CONFIANCE EN L’AUTRE
Si nous établissons avec nous-mêmes une relation basée sur des éléments de contrôle, de blâme, de critique, de sarcasme, de colère, de ressentiment, de frustration, d’insatisfaction, de chagrin, de jalousie, de rejet, de méfiance, de culpabilité, de peur, de mépris, de dénigrement, de stress, d’inaction, d’agressivité, d’insécurité, de replis sur soi etc… Nous découvrirons automatiquement que nous nous sentons mal à l’aise dans les relations à long terme menaçante et nous éprouverons le désir d’établir des relations plus saines et plus matures avec les autres. Nous pouvons poser des gestes afin d’établir des relations stimulantes et sûres, et il y a deux aspect à considérer pour pouvoir relever ce défi : l’un consiste à savoir quelles relations éviter et l’autre, lesquelles favoriser.
Les relations à éviter sont celles qui se caractérisent par les éléments suivants :
. Possessivité . Contrôle . Domination . Manipulation
. Agression . Passivité . Jugement . Amour conditionnel
. Manque d’amour . Violence . Hostilité . Critique
. Blâme . Accusation . Négligence . Dépendance
. Manque de stimulation . Manque de respect
Nous nous demandons peut-être :  »Comment éviter ces relations alors que notre entourage est constitué de gens présentant ces caractéristiques. » Il existe deux possibilité : il faut d’abord que nous  »enlevions la poutre dans notre œil » et ensuite que nous reconnaissions que ces comportements à éviter sont dommageables non seulement pour notre développement, mais aussi pour le développement des gens qui y recourent. Il ne s’agit pas de rejeter ceux qui affichent les comportements protecteurs énoncés précédemment, mais il ne s’agit pas non plus de rechercher leur compagnie ni de s’associer avec eux. Lorsqu’il s’avère impossible de les éviter, il faut absolument les affronter et affirmer notre droit d’être accepté, reconnu et apprécié. Il faut confronter ces personnes d’une façon respectueuse, mais en aucun cas se faire complice de leur façon protectrice d’agir avec nous. Encore là, l’affirmation de soi et la confrontation dans le respect de l’autre n’est possible que si nous avons appris à nous accepter et à reconnaître notre propre valeur.
Il importe que nous évitions les relations qui ne nous offrent pas la sécurité, mais il est plus important encore de rechercher activement des gens avec qui nous nous sentons en confiance.
Les relations fiables se caractérisent par des attitudes telles que :
. Respect . Estime . Écoute active . Acceptation
. Bonté . Bienveillance . Patience . Tolérance
. Amour inconditionnel . Impartialité . Justice
. Confiance en soi . Confiance réciproque . Autonomie
. Maturité . Affirmation de soi . Encouragement de l’effort
. Louange de l’effort . Affirmation . Honnêteté
. Ouverture . Authenticité . Sincérité . Loyauté
. Fidélité . Compassion . Compréhension
. Franche détermination
Une relation basée sur la confiance se révèle stimulante, libre de tout jugement et inconditionnelle. Mais ou la trouver, disons-nous ? Il ne fait aucun doute que les relations à éviter sont plus courantes que celles à rechercher, mais rien n’est entièrement noir ou entièrement blanc. Par conséquent, les relations les plus courantes s’avèrent celle qui offrent un bon niveau de sécurité tout en présentant des aspects inquiétants.
Il s’agit alors de choisir les plus saines. De plus, lorsque nous nous comportons envers les autres en adoptant les attitudes précédemment mentionnées, nous leur inspirons une plus grande confiance, ce qui les porte à se montrer ouverts et à établir avec nous une relation non conditionnelle. Il faudra toutefois faire preuve de patience, parce qu’avec les gens atteints de traumatismes psychiques (incluant nous-mêmes), il faut beaucoup de temps avant que ne s’établisse un climat de confiance à l’intérieur d’une relation affectueuse, pourtant si apaisante.

Triste Vérité

Jung le paraitre

%d blogueurs aiment ce contenu :