Advertisements

Archives mensuelles : juillet 2014

ACCORDS TOLTHÈQUE

Méditatif

Advertisements

ABANDON À L’AMOUR

Coachesf.com (ES-F)(AMD) (PNL)

L'AMOURJ’oublierai les douleurs passées,
Dans le calme aimant de tes bras.

LA DOUCEUR
C’est un courage sans violence, une force sans colère. La douceur est d’abord une paix, réelle ou souhaitée : c’est le contraire de la guerre, de la cruauté, de la brutalité, de l’agressivité, de la violence. Paix intérieure, et la seule qui soit une vertu. Souvent trouée d’angoisse et de souffrance, parfois illuminée de joie et de gratitude, mais toujours dépourvue de haine, de dureté, d’insensibilité.

LA TENDRESSE
 »La tendresse, c’est un chemin qui s’offre à moi, qui s’offre à toi. Elle est avant toute chose, un regard et plus encore une qualité du regard qui se développe au contact, en échange, en partage.

La tendresse est gratuite. Elle est abandon et confiance. Elle se dit avec les multiples langages du corps. Elle est dans le toucher qui ne prend rien, qui n’exige rien, qui ouvre à…

View original post 57 autres mots

LE MENSONGE VRAI

MENTIR

LES FORMES DE MENSONGE

 

LE MENSONGE DE PROTECTION :

La protection des intérêts L’évitement de la punition La protection de l’image de soi La protection de la sensibilité d’autrui Les risques du mensonge de protection

LE MENSONGE DE FAIRE-VALOIR :

Le désir d’impressionner Le désir de susciter la pitié Le désir de séduire Rabaisser l’autre pour mieux s’élever Les excès des menteurs

VRAI

LA VÉRITÉ SUR LE MENSONGE

LES EXCÈS DES MENTEURS Les menteurs compulsifs ne peuvent s’empêcher d’exagérer et d’inventer des faits pour impressionner et susciter l’admiration de leur entourage. Ce désir est plus fort que tout le reste. Au point que les autres n’entendent presque pas ce qu’ils disent tellement ils sont agacés par leur tendance à vouloir toujours épater. CE QUE L’ON DÉGAGE PARLE PLUS FORT QUE CE QUE L’ON DIT. Les mensonges visant à impressionner entravent la communication avec les autres. Peu importe ce que les menteurs disent, leur message est le même : « Remarquez comme je suis bon, intelligent, astucieux… » Dans le cas des séducteurs, le texte est plutôt : « Soyez éblouis par ma beauté et mon charme. » Pour ce qui est des menteurs qui cherchent à faire pitié, le message qui sous-tend leurs mensonges serait : « Regardez à quel point je souffre et fais pitié. » Quant à ceux qui tentent de s’élever en rabaissant autrui, ils clament : « Constatez que je suis le meilleur. L’autre m’est tellement inférieur ! » Les menteurs qui tentent de se faire valoir veulent tous récolter de l’attention et de le reconnaissance. Ils souhaitent avoir toujours raison et sont prêts à mentir pour ne pas avoir tort, ce qui irrite leurs proches. À la longue, ils deviennent la risée de leur entourage, qui ridiculise leurs mensonges et n’est plus du tout impressionné ni séduit. Par conséquent, ils changent souvent d’amis. Au fond, ces menteurs sont pleins d’insécurité et veulent se faire aimer. Certains se croient réellement supérieurs aux autres, mais la plupart doutent de leur valeur personnelle et mentent afin qu’on les admire et qu’on les apprécie. Malheureusement pour eux, leurs mensonges ont plutôt tendance à repousser les autres qu’à les attirer. C’est un gros mensonge que de se croire supérieur à autrui. Ça en est un aussi gros de se prétendre inférieur. La guérison des excès du mensonge de faire-valoir ne passe-t-elle pas par l’acceptation de soi avec ses forces et ses faiblesses, par la reconnaissance de son égalité intrinsèque avec tous les autres humains ?

« La Vérité sur le mensonge » (Marie-France Cyr)

 

LA VÉRITÉ TRIOMPHE

LA VÉRITÉ SUR LE MENSONGE

Je sais que, ayant résolu de dire la vérité, je dirai peu de chose. (Jules Renard) La vérité sur le mensonge, c’est qu’il est partout et qu’il prend souvent le visage de la franchise. La vérité, c’est que tout le monde ment. Certains mentent plus que d’autres. Ce sont eux que l’on appelle les « menteurs ». La vérité, c’est qu’il y a un menteur tapi au fond de chacun de nous. La vérité, c’est que nous mentons parce que nous avons peur d’être rejetés si nous sommes vrais. Nous n’osons pas révéler notre pensée. Nous croyons que les autres ne nous aimeront pas s’il nous connaissent sous notre vrai jour. Nous portons un masque qui dissimule soigneusement qui nous sommes vraiment. Nous ne savons parfois plus qui nous sommes vraiment. Nous ne savons parfois plus qui nous sommes à force de nous déguiser, de prétendre être quelqu’un d’autre, de mentir. La vérité, c’est que nous mentons parce que nous avons été punis pour avoir dit la vérité. La vérité, c’est que nous forçons trop souvent les gens à mentir parce que nous leur faisons des scènes quand ils nous disent la vérité. La vérité, c’est que nous mentons pour nous protéger. Nous mentons pour protéger nos intérêts et ceux des autres. Nous mentons pour protéger notre précieuse image de nous-mêmes. Nous mentons pour protéger la sensibilité de l’ego des autres. La vérité, c’est que nous mentons aussi pour nous faire valoir. Nous mentons pour impressionner, pour faire pitié, pour séduire et pour rabaisser l’autre. La vérité, c’est que le corps ne ment pas, quoique les menteurs habiles parviennent à bien le contrôler. Nous possédons tous un « détecteur de mensonge » interne. Il suffit de mieux observer les autres, de prendre le temps de nous arrêter pour les regarder et les écouter. La vérité, c’est que les paroles de la personne franche sont en harmonie avec son corps, son visage et sa voix. La vérité, c’est que le mensonge fait souvent mieux notre affaire que la vérité. La triste vérité, c’est que la plupart des gens préfèrent leurs illusions à la réalité, le mensonge à la vérité. La vérité, c’est surtout que nous nous mentons à nous-mêmes.

« La Vérité sur le mensonge » (Marie-France Cyr)995815_10201292308370161_724615899_nLE MENSONGE

L’homme est de glace aux vérités. Il est de feu pour les mensonges. (Jean De La Fontaine) Je vois le mensonge comme un mal nécessaire qui contribue à l’harmonie sociale. Mais la vertu réside bel et bien dans la vérité et l’honnêteté. (Jean Gervais) Mentir est un jeu que tu ne joue pas avec moi Même pour me faire plaisir Toute la vérité est bonne à dire Et j’aime l’entendre de toi Comprendre nos raisons de mentir nous aide à mieux comprendre pourquoi les autres nous mentent. Ce faisant, nous nous rapprochons de l’autre et nous cessons de nous diviser en deux clans factices : les menteurs et leurs victimes. (Marie-France Cyr) Se serait tu plâte ce que je peux pus mentir… « Sans le mensonge, la vérité périrait de désespoir et d’ennui. » (Anatole France) Aucun homme n’a assez de mémoire pour réussir dans le mensonge. (Abraham Lincoln) Le seul langage sincère est celui de notre corps. (Allan Pease) Apprenons avant tout à voir la vérité. Ainsi, rien de ce que nous entendrons Ne nous induira en erreur ni ne nous decevra. (Guy Finley) La parole a été donnée à l’homme pour déguiser sa pensée. (Talleyrand) Nous pouvons mentir avec les mots, mais les actions ne mentent pas. Si il ment aux autres il nous mentira aussi. Si une personne raconte des ragots sur les autres, soyons assuré qu’elle potinera sur notre compte même si elle jure le contraire. On dit que c’est dans les épreuves que l’on découvre qui sont nos vrais amis. Comment se comportent nos amis quand nous sommes éprouvé par le deuil, la maladie, un accident ou un licenciement ? Bien des gens se sentent mal à l’aise devant ces situations. Leurs actions, même minimes, sauront dire plus haut que les mots ce qu’ils ressentent pour nous. Si nous ne savons pas quoi dire à un mourant, ne disons rien mais au moins, tenons-lui la main. C’est sans doute le réconfort dont il a besoin. Ce simple geste vaut mille mots…

« La Vérité sur le mensonge » (Marie-France Cyr)

 

CONFIANCE

LA CONFIANCE

Nous savons qu’il est impossible d’être confiant et de vivre l’amour véritable là ou règne la méfiance.

La confiance requiet-elle que nous soyons aveugles sur les motifs des autres, ou même sur les nôtres ? Non du tout ! Ce serait de la folie.

Chez toute personne digne de notre confiance, nous devrions très certainement évaluer son aptitude autant à faire le mal qu’à faire le bien. Cet examen discret peut nous révéler le degré de confiance que nous devrions accorder suivant les situations. Toutefois, cette appréciation doit être entreprise dans un esprit de compréhension et d’amour.

Rien peut autant biaiser notre jugement que les émotions négatives comme le soupçon, la jalousie ou la rancune.

Dès que nous avons placé notre confiance en quelqu’un, nous devrions l’assurer de notre support total. Alors, plus souvent qu’autrement, il réagira de façon magnifique, bien au-delà de ce que nous imaginions, au départ.

 

SUIVRE SON COEUR

LA CONFIANCE

Les relations fiables se caractérisent par des attitudes telles que :

Respect . Estime . Écoute active . Acceptation . Bonté . Bienveillance . Patience . Tolérance . Amour inconditionnel . Impartialité . Justice . Confiance en soi . Confiance réciproque . Autonomie . Maturité . Affirmation de soi . Encouragement de l’effort . Louange de l’effort . Affirmation . Honnêteté . Ouverture . Authenticité . Sincérité . Loyauté . Fidelité . Compassion . Compréhension . Franche détermination

Nous pouvons considérer que tous les actes qui pertubent les relations humaines sont opposées aux règles de la coopération. Tous les actes dont l'effet est d'éliminer les frictions et les antagonismes dans les relations humaines semblent s'accorder avec les règles de la coopération. Nous pouvons considérer que tous les actes qui pertubent les relations humaines sont opposées aux règles de la coopération. Tous les actes dont l'effet est d'éliminer les frictions et les antagonismes dans les relations humaines semblent s'accorder avec les règles de la coopération. On peut considérer que les actes qui stimulent et renforcent ces qualités sont conformes aux règles de la coopération et que les enfreint tout acte qui crée la mésentente, les heurts et l'hostilité. Pour ce qui est de l'harmonie dans les relations intimes, en particulier, il est impératif que les règles de la coopération soient observées, puisque l'union commune est la forme de vie la plus étroite, l'association la plus intime qui puisse exister entre deux être humains.

LA SOLITUDE

Nous croyons parfois vivre seul, alors que nous abritons des occupants ou des envahisseurs installés à demeure, qui nous exilent en quelque sorte nous-mêmes. Ainsi certaines personnes restent habitées de fantômes, blessées par des pertes, des séparations, des abandons… ou fascinées par des illusions et des leurres non viables, telle la recherche exigeante de l’âme-soeur, de la femme ou de l’homme de sa vie, de la perle rare… obnibulées par des espoirs si irrationnels ou rigides qu’ils ne laissent plus guère d’ouverture et d’espace à des rencontres nouvelles ou à la découverte de l’innatendu. Pour pouvoir faire alliance avec un être proche et s’engager vers une relation intime dans la durée, il convient tout d’abord de se délier ou de pouvoir se désengager des relations antérieures trop prégnantes. Se délier ou se désengager, c’est-à-dire non seulement s’être séparé physiquement mais être séparé en profondeur des dépendances inscrites en amont de notre vie, ou libéré du système relationnel par lequel nous étions attachés à telle ou telle personne. Pouvoir se délier et se désengager ainsi de relations anciennes, de personnes significatives, d’images idéalisées ou de croyances qui autrement nous squattent de l’intérieur, et nous empêchent d’aller vers l’autre qui parasitent l’ouverture et la recherche vers autrui et ne permettent pas de trouver un espace de disponibilité vers une nouvelle relation envisagée et choisie.

 

TRÉSOR

CARACTÉRISTIQUES DE L’ACCOMPLISSEMENT PERSONNEL

Acceptation inconditionnelle de soi et des autres. . Compassion et compréhension du comportement humain. . Grande autonomie par rapport aux autres personnes et aux performances. . Exprimer ouvertement ses sentiments. . Capacité de vivre seul. . Appréciation des pouvoirs illimités de la psyché humaine. . Capacité de diriger sa vie et de prendre ses responsabilités. . En cas de conflit, concentrer son attention sur le problème plutôt que sur la personne. . Éprouver l’amour de la vie. . Ouverture devant les défis et exploration de son potentiel. . Se faire confiance et s’apprécier. . Être créatif. . Être spirituel. . Être démocratique. . Pouvoir s’identifier aux autres être humains. . Être non conformiste. . Avoir un sens de l’humour tendre. . Entretenir des relations étroites avec quelques personnes importantes.

%d blogueurs aiment ce contenu :