Advertisements

Archives du blogue

ÉGOÏSME-ÉGOCENTRISME

LÉGOÏSME-L’ÉGOCENTRISME !

Voilà, nous le croyons, la racine de nos problèmes. Poussés par une centaine de sortes de craintes, de peurs, par les illusions personnelles, par l’égoïsme, et par l’apitoiement sur notre propre sort, nous écrasons les pieds de nos compagnons et ils nous rendent la pareille.

L’ÉGOÏSME-L’ÉGOCENTRISME !

Nous écrasons les pieds de nos compagnons et ils nous rendent la pareille. Parfois ils nous blessent, apparemment sans provocation, mais nous nous rappelons invariablement qu’à un certain temps dans le passé, nous avons pris des décisions à base d’égoïsme qui nous ont placés plus tard dans une position ou nous pouvions à notre tour être blessés. Ainsi nos problèmes, nous en sommes certains, viennent avant tout de nous-mêmes. Ils surgissent de nous-mêmes, et l’être humain est un exemple extrême de la volonté personnelle déchaînée, même lorsque celui-ci pense le contraire. Surtout débarrassons nous de cet égoïsme. Nous devrions le faire ou l’égoïsme nous détruit. Abandonnons, lâcher prise, cessons de jouer au metteur en scène de la pièce qu’est notre vie, de croire que nous devons ou pouvons contrôler celle-ci. Nous devrions nous unir avec attention et compréhension sur notre bien-être commun et en faire notre objectif premier.

La Peur

Nous savons qu’il est impossible d’être confiant et de vivre l’amour véritable là ou règne la méfiance. La confiance requiert-elle que nous soyons aveugles sur les motifs des autres, ou même sur les nôtres ? Non du tout ! Ce serait de la folie. Chez toute personne digne de notre confiance, nous devrions très certainement évaluer son aptitude autant à faire le mal qu’à faire le bien.

LE CULTE DES FAUSSES VALEURS

L’orgueil est la source principale de la plupart des difficultés humaines, le principal obstacle au vrai progrès. L’orgueil , cette vanité nous leurre et nous amène à exiger de nous-mêmes et des autres des choses qui ne peuvent être obtenues sans pervertir ou sans gaspiller les instincts qui nous ont été donnés par l’Esprit Divin. Quand la satisfaction de nos instincts sexuels, de nos préoccupations sociales, et de notre soif de sécurité matérielle devient le premier but de notre existence, alors l’orgueil intervient pour justifier nos excès. Nous ne pouvons atteindre  »l’humilité pour aujourd’hui » que dans la mesure ou nous réussissons à éviter, d’une part, le bas marécage des sentiments de culpabilité ou de révolte, et d’autre part, cette haute-terre, belle mais décevante, parsemée des fausses pièces d’or de l’orgueil. C’est dans la voie située entre ces deux extrêmes que nous réussissons à atteindre la voie de l’humilité et à y demeurer. Alors, un inventaire perpétuel, capable de m’avertir, dès que je m’éloigne de cette voie, demeure sans cesse une priorité. Ce culte est la voie de la Peur, il faut que j’assure mais en fait, ce n’est qu’une illusion, seule la confiance en soi est essentielle.

La Confiance

Chez toute personne digne de notre confiance, nous devrions très certainement évaluer son aptitude autant à faire le mal qu’à faire le bien. Cet examen discret peut nous révéler le degré de confiance que nous devrions accorder suivant les situations.

LA CONFIANCE

Nous savons qu’il est impossible d’être confiant et de vivre l’amour véritable là ou règne la méfiance. La confiance requit elle que nous soyons aveugles sur les motifs des autres, ou même sur les nôtres ? Non du tout ! Ce serait de la folie. Chez toute personne digne de notre confiance, nous devrions très certainement évaluer son aptitude autant à faire le mal qu’à faire le bien. Cet examen discret peut nous révéler le degré de confiance que nous devrions accorder suivant les situations. Toutefois, cette appréciation doit être entreprise dans un esprit de compréhension et d’amour. Rien peut autant biaiser notre jugement que les émotions négatives comme le soupçon, la jalousie ou la rancune. Dès que nous avons placé notre confiance en quelqu’un, nous devrions l’assurer de notre support total. Alors, plus souvent qu’autrement, il réagira de façon magnifique, bien au-delà de ce que nous imaginions, au départ.

VRAIE ET FAUSSE LIBERTÉ

LA LIBERTÉ DES UNS S’ARRÊTE LÀ OU CELLE DES AUTRES COMMENCE.

Vraie et fausse valeur

Chacun a sa propre impression de la réalité et toutes les impressions sont discutables. Nul ne détient la vérité. En tout cas  »la vérité » est un processus dynamique, comme un film qui ne finit pas encore ; elle n’est pas une photographie du monde. Toute description est limitée et partielle.

Advertisements

La Sphère du Territoire en PNL

Notre Façons de Défénir le « Réel »

LA CONSCIENCE
Le problème n’est pas le problème, mais la façon avec laquelle nous sommes en rapport avec lui !
Comment devenir alors des protagonistes et créateurs ?
Comment cesser de s’identifier avec tout ce qui est en dehors de nous et auquel nous sommes sans vraiment aucune appartenance ?
Avec un voyage guidé par notre propre moi intérieur; prendre l’avantage efficace et maximale de la potentialité des capacités que nous possédons; vivre avec joie, créativité, expérience, savoir et connaissance.
Être conscient que nos 5 sens sont un stimulus informatif, qui influencerons notre comportement en relation d’un procès interne communicatif, représentant nos valeurs, croyances et convictions.
L’homme est une antenne qui capture et transmet : Capture ce qu’il Veut et Transmet ce qu’il Est.
L’essence de l’homme est dans ce qu’il pense !!!
Il y a seulement une partie de l’Univers que nous pouvons être sûr d’améliorer et cette partie est Nous !!!
Il est vraiment peu important ou nous commençons, ce qui est important est ou nous voulons arriver. Le seul obstacle pour accomplir ces objectifs est donné par l’idée d’être incapable de pouvoir y arriver… Notre esprit est un aimant.
Concentrons-nous sur ce que nous voulons et nous l’obtiendrons !!!
Nous sommes plus grands de ce que nous pensons que nous sommes !!!
(Milton H Erickson)

 – avec Milton H Erickson « Psycho« .

NOTRE PERCEPTION DE LA RÉALITÉ

LES CROYANCES ET VALEURS : LE PORTRAIT IDENTIQUE DE NOTRE ÉTAT D’ASSISE DE FONDATION

LE MENTAL ET SON MENSONGE

LA VALEUR DE L’ÊTRE

C’est la qualité de notre vie qui détermine sa valeur. Pour juger de la valeur de la vie d’un homme, il nous faut établir un standard. La vie qui a le plus de valeur est une vie d’honnêteté, de pureté, de générosité, de bienveillance, de bonté, de courage, de simplicité, de loyauté et d’amour. La vie de chaque homme doit être jugée selon cette mesure, afin de déterminer sa valeur pour le monde. Selon ces données, la plupart de ceux qu’on appelle les hommes d’honneurs, les héros de l’histoire ne furent pas de grands hommes.

 »Que servira à l’homme de gagner l’univers s’il perd son âme? »

LA BONNE FOI
C’est l’amour de la vérité.
C’est la régie de nos rapport avec l’environnement et à la vérité.
C’est croyance fidèle, et fidélité à ce qu’on croit.
C’est un fait psychologique, et une valeur, qui est morale.
C’est franchise intègre.
C’est fidélité à la foi adopté.
C’est l’exclusion de l’illusion dupe.
C’est l’effort de tendre avec authenticité, pour s’approcher quelque peu de la sincérité absolue, de justice absolus.
C’est l’esprit de l’esprit, qui préfère la sincérité au mensonge, la connaissance à l’illusion, et le rire au sérieux.
C’est vérité pour atteindre un but vitale.
C’est la relation avec le Soi Divin.
C’est lucidité au-delà de l’espérance.

LES 5 BLESSURES FONDAMENTALES

1- ABANDON
2- REJET
3- HUMILIATION
4- TRAHISON
5- INJUSTICE

L'évitement

Bien investiguer en procédant à un inventaire moral des circonstances atténuantent, qui contribuent sur les fondements de notre identité, et enclenchent invariablement un processus émotivo comportemental irrationnel.

LA BLESSURE
Il y a des larmes d’amour qui dureront plus longtemps que les étoiles du ciel.
Seuls les chagrins d’amour nous sauvent de l’oubli.
Les affections du coeur sont pires que celles du corps.
Il n’y a pas d’amour sans peine. Et pourtant, depuis l’aube du temps les gens s’aiment.
Un seul être nous manque, et tout est dépeuplé.
Le sage fuit l’amour qui n’apporte que chagrins et contrariétés, sauf qu’en ayant remporté la victoire en fuyant, il se retourne et se demande pourquoi il a couru si vite.
Aimer et ne pas être aimé en retour est un supplice tel, que même les dieux ne l’ont pas imposé aux damnés des abysses.
« Poussé par la Peur »

LA SOLITUDE
Pourquoi nous souffrons de solitude ?
Vivre seul au présent peut se révéler source de souffrance et de malaise dans diverses circonstances. Par exemple, quand nous laissons le passé nous encombrer avec des inquiétudes et des peurs venues de notre histoire ou de nos expériences antérieures. Ou bien quand nous avons été enfermé dans des promesses, des fidélités ou des loyautés trop aliénantes pour oser les transgresser. Ou encore quand nous restons emprisonné par des engagements ou des contrats intimes qui ne sont toujours pas résiliés. Contrats passés avec nous-même ou avec d’autres et qui agissent comme des impératifs prioritaires sur tous les choix existentiels vécus au présent ou à venir.
Vivre seul au présent est aussi source de souffrances quand la ligne du futur reste barré par des injonctions de normalité ou des prescriptions de conformité qui défigurent ou clôturent l’horizon des possibles.
Ainsi, la solitude peut être perçue comme invivable quand elle désigne le modèle du couple comme un standard et la seule voie de recours vers le bonheur, la créativité ou l’épanouissement de soi.
Ces souffrances sont comme des langages ou même des cris, pour tenter de traduire l’impuissance, le désespoir, la détresse de celui qui se noie dans sa propre solitude.

LA LIGNE DU TEMPS

LA LIGNE DU TEMPS

Un très grand nombre de personnes ont des désirs d’adolescents, en recherchant une approbation entière,la sécurité et l’amour parfait de tous ceux qui les entourent.
Si ces dispositions sont légitimes quand on a dix-sept ans, elles peuvent rendre la vie impossible quand on a quarante ou cinquante ans.
Plusieurs d’entre nous on rencontré de grandes difficultés dans ce domaine …

%d blogueurs aiment ce contenu :