Advertisements

LA VIE SPIRITUELLE

LA VIE SPIRITUELLE

LES PRINCIPES AU-DESSUS

S’adapter, au point de vue spirituel, c’est avoir un coeur si grand, qu’il y ait dedans de la place pour tout le monde, sans exclure personne. Il se peut que nous ayons à céder ou à abandonner certaines de nos idées, certaines de nos habitudes, pour faire place aux idées et aux habitudes des autres.

S’adapter implique de la flexibilité, de l’humilité, un esprit ouvert, un amour illimité, n’exiger rien des autres mais les accepter comme ils sont.

Comme le cours d’eau qui contourne facilement les obstacles qui se présentent sur son parcours, l’âme est si flexible qu’elle peut accepter tout ce qui se présente à elle, cédant et donnant, sans jamais perdre sa vraie nature. Elle peut se mouler, s’ajuster à toutes situations pour être en harmonie avec la personnalité des autres. Elle reste contentée en toutes circonstances.

En sommes, le pouvoir de s’adapter est celui qui place l’âme au-dessus de tout conflit de personnalité ou de caractère.

5 Slogans

L’HUMILITÉ

L’humilité authentique et l’ouverture d’esprit peuvent nous conduire à la foi, et chaque réunion nous offre l’assurance que Dieu nous rendra la raison si nous établissons avec Lui des rapports sains.
Nous devons pratiquer une humilité véritable. Ceci afin que les grâces reçues ne nous déforment jamais, et pour que nous puissions vivre pour toujours dans la plus profonde gratitude envers Celui qui est maître de nos destinées.
Tout progrès peut se résumer en deux mots : humilité et responsabilité. Notre développement spirituel peut se mesurer, de façon précise, par notre degré de fidélité à ces magnifiques concepts.
Savoir reconnaître et respecter les opinions, les réalisations et les prérogatives des autres, et accepter d’avoir tort nous montre la voie de l’humilité.

La voie des 36 Principes spirituels a élaboré une philosophie de la vie pleine de solides motivations et riche en valeurs morales et en principes très valables ; et cette philosophie peut s’appliquer bien au-delà des frontières. Pour respecter ces préceptes, il nous suffit de prier et de nous préoccuper de chaque être humain comme d’un frère.

Sérénité

LA BONNE VOLONTÉ
C’est une question de qualité de foi, plutôt que de quantité. Voilà ou nous nous trompions. Nous imaginions avoir de l’humilité alors que nous n’en avions pas. Nous nous croyions très appliqués dans nos pratiques spirituelles, mais après une sérieuse évaluation, nous avons constaté que nous étions seulement superficiels. Ou encore, à l’autre extrême, nous avions versé dans le sentimentalisme en le confondant avec le sentiment spirituel authentique. Dans les deux cas, nous voulions obtenir quelque chose en ne donnant rien. En réalité, nous n’avions pas vraiment fait le ménage en nous pour permettre à la grâce de Dieu d’y entrer et d’en chasser l’obsession. Nous n’avions jamais fait d’inventaire personnel profond et sérieux, réparé nos torts envers les personnes que nous avions lésées, donné gratuitement à un autre être humain sans exiger de récompense.

Nous n’avions même pas prié correctement. Nous avions toujours dit :
 »Réponds à mes désirs » au lieu de dire :  »Que ta volonté soit faite ». Nous n’avions jamais rien compris à l’amour de Dieu et à l’amour du prochain. Nous étions donc toujours déçus et donc incapables de recevoir assez de grâce pour nous redonner la raison.
Ils sont rares en effet le monde qui ont quelque notion de leur manque de logique, ou qui, l’ayant constaté, ont eu le courage d’y faire face.
 »Avoir la raison », c’est être  »sain d’esprit ». Ils sont rare le monde qui peuvent se dire  »sain d’esprit » quand la personne analyse sa conduite passée, qu’il ait détruit le mobilier de la salle à manger ou sa propre moralité.
L’humilité authentique et l’ouverture d’esprit peuvent nous conduire à la foi. Dieu nous rendra la raison si nous établissons avec Lui des rapports sains.

Nous commençons à bien utiliser notre volonté lorsque nous essayons de la rendre conforme à la volonté de Dieu. Pour nous tous, ce fut une merveilleuse révélation. Tous nos ennuis venaient du mauvais usage de notre volonté. Nous tentions de la canaliser sur nos problèmes au lieu d’essayer de l’aligner sur les intentions de Dieu à notre égards. Le but des Douze Étapes est de rendre cela de plus en plus possible.

Dans tous nos moments d’indécision ou d’agitation émotive, nous pouvons faire une pause, chercher un peu de tranquilité et, dans le calme, dire cette simple prière :

 »Mon Dieu, donnez-moi la sérénité d’accepter les choses que je ne peux changer, le courage de changer celles que je peux, et la sagesse d’en connaître la différence. »
 »Que ta volonté soit faite et non la mienne. »
Donne moi

Advertisements
%d blogueurs aiment ce contenu :